Oona et Salinger, LE Beigbeder à ne pas manquer !

BeigbederMa dernière – et unique – expérience de Beigbeder remontait à mes 20 ans avec le désormais célèbre 99 Francs qui m’avait à l’époque laissée de marbre… Chat échaudé craint l’eau froide comme dit l’adage, je n’avais encore jamais éprouvé la curiosité de retenter l’expérience. Puis Marlène m’a offert un pur instant de bonheur littéraire… Marlène m’a offert Oona et Salinger. La magie de Beigbeder a opéré et m’a transportée dans une Amérique des années 40 où les starlettes côtoient les stars du cinéma muet, où nos artistes d’aujourd’hui ignorent encore la gloire, où la jeunesse dorée de New York part combattre dans les tranchées. Lire la suite

Zweig, i love you !

vingt-quatre-heures-de-la-vie-d-une-femme-97112-250-400Décidément, Stefan Zweig se plaît à faire parler la gente féminine et à mon avis, il exécute cet exercice à la perfection ! Il nous rend merveilleusement hommage à travers le portrait de femmes souvent complexes et passionnées. Cette deuxième lecture de Zweig a confirmé mon enthousiasme pour cet auteur à la plume incisive, troublante et authentique. J’ai retenu mon souffle pendant 187 pages et j’ai enfin osé respirer une fois seulement le livre refermé. Attention, coup de cœur ! Lire la suite

Madame Hemingway, la muse de l’artiste

imagesCAOTOMM7L’on dit souvent que derrière un grand homme se cache une femme. Hadley Richardson fut l’une de ces femmes de l’ombre. Elle fut celle qui permit à Ernest Hemingway de s’épanouir, de révéler son talent d’auteur et plus encore, de ne pas sombrer dans les méandres d’un esprit torturé. Si Hemingway eut d’autres muses au cours de sa vie, Hadley fut sans doute celle qui l’inspira le plus et qu’il aima par dessus les autres.

Lire la suite

On revoit ses classiques avec Gatsby le Magnifique !

GatsbyDéniché au Salon du Livre de Genève, Gatsby le Magnifique attendait sagement son tour dans la bibliothèque lorsque j’ai vu que l’adaptation ciné de Baz Lhurmann avait été choisie pour inaugurer le Festival de Cannes 2013. Ni une ni deux, j’ai posé mon livre en cours pour me plonger dans l’œuvre de Fitzgerald avec la ferme intention de finir le livre à temps pour ensuite aller voir le film au cinéma. Lire la suite