Certaines n’avaient jamais vu la mer : murmure d’outre tombe…

certaines n'avaient jamais vu la mer 1018Auteure américaine d’origine japonaise, Julie Otsuka nous livre dans ce cours roman le terrible voyage pour l’Amérique de ces femmes japonaises du début du XXème siècle, promises à des maris qu’elles ne connaissent qu’à travers les clichés jaunis qu’ils leur ont envoyés. Eperdues de liberté et persuadées de fuir une destinée de soumission et de labeur qui aurait été la leur en terres japonaises, elles ignorent encore, sur ce bateau qui scinde l’océan en deux, que le pire reste à venir. L’auteure redonne vie à ces héroïnes bafouées, exploitées puis oubliées et réveille le souvenir douloureux de l’émigration japonaise d’avant-guerre vers les Etats-Unis.

La narratrice est l’une de ces femmes. Elle est toutes ces femmes à la fois. Elle se fait la voix commune de ces anonymes qui, en chœur, racontent leur histoire. Avec une écriture sobre et épurée, proche du mantra bouddhiste, Julie Otsuka nous emmène dans l’intimité de chacune d’elle, nous fait découvrir leurs pensées, leurs joies et leurs pleurs. Nous partageons sa douleur, à elle, lorsqu’elle trime dans les champs ou à celle-ci, lorsqu’elle prend conscience qu’elle ne reverra jamais son pays. Nous partageons sa résignation, à elle, lorsqu’elle se soumet pour la première fois à ce mari qu’elle ne connaît pas et qui la dégoûte ou à elle, lorsque son maître Blanc l’invite dans son lit. Nous partageons sa joie, à elle qui donne naissance à son premier enfant puis sa déception, à elle, lorsque sa fille de dix ans souhaite désormais se faire appeler Kelly et oublie peu à peu ses racines.

Une mosaïque de drames personnels qui deviennent l’Histoire de tout un peuple, un peuple que l’on a accueilli, exploité, puis renvoyé et oublié. Loin de tomber dans le cliché ni la culpabilisation, la plume intelligente de Julie Otsuka apporte une touche d’infinie tendresse à ces heures douloureuses de l’Histoire. A lire chez les Editions 10/18 dont la couverture, vous l’admettrez, est juste sublime.

Publicités

Une réflexion sur “Certaines n’avaient jamais vu la mer : murmure d’outre tombe…

Merci pour vos commentaires amis bouquineurs !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s