Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire. Renversant !

Le-vieux-qui-ne-voulait-pas-feter-son-anniversaire

Il m’arrive de pleurer en lisant un roman (juste une larme rapidement essuyée, je vous rassure !), ce qui épate toujours mon cher et tendre ! Grâce à ce vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, j’ai pleuré de rire !

Très franchement, j’ai repéré ce bouquin dans les rayons de la librairie grâce à son incroyable couverture ! Un titre et une photo pareils ne pouvaient qu’augurer un Instant Lecture atypique ! Le tout sous couvert d’une plume suédoise… Il ne m’en a pas fallu davantage pour dégainer ma carte bleue et repartir avec mon Pocket sous le bras !

L’inspecteur Aronsson pense qu’il est infiniment plus difficile de traquer un fugitif qui avance au hasard, sans plan ni but précis, qu’un fuyard chevronné qui agit selon une logique définie. En partant à la recherche d’Allan Karlsson, vieillard en cavale, l’inspecteur Aronsson ne croit pas si bien dire ! Alors qu’un comité d’honneur se réunit à la maison de retraite de Malmköping ce Lundi 2 mai 2005 pour arroser les 100 ans du vieil Allan, ce dernier se fait la malle par la fenêtre de sa chambre, en charentaises !

Un voyage insensé à travers la Suède s’engage alors pour notre fringant centenaire et la bande de bras – bien – cassés qu’il ramasse sur sa route. Allan et ses acolytes font fi de toutes les règles et poursuivent leur cavale au nez et à la barbe de ceux qui sont à leurs trousses. Mais au fait, que fuient-ils au juste ?

C’est qu’Allan Karlsson maîtrise l’art de la fuite et de la diversion comme personne en ce bas monde ! Durant toute sa vie (un siècle tout de même !), il a su mener son petit bonhomme de chemin avec un flegme et un aplomb à décoiffer le roi de Suède ! Alors qu’il aurait pu trépasser à maintes reprises, Allan s’en est toujours sorti par des pirouettes déconcertantes ! Certains disent qu’il a neuf vies. Lui préfère penser que « les choses sont ce qu’elles sont et seront ce qu’elles seront« .

Au crépuscule de sa vie, il peut ainsi se targuer, entre autres aventures, d’avoir pris une cuite avec Truman, combattu auprès de Franco, sauvé l’épouse de Mao Tsé Tung ou encore d’avoir vécu cinq ans de goulag sibérien avec Herbert, le frère idiot et illégitime d’Albert Einstein ! Tout à fait insensé, vous l’avez dit !

C’est donc avec Allan Karlsson aux commandes que l’auteur s’amuse à réécrire notre Histoire contemporaine.  En toile de fond, une critique drôlement acerbe de notre société et des bouleversements politico-économiques qui la façonnent : corruption, alliances et arrangements divers, bêtise des Hommes sont bel et bien les ingrédients visiblement nécessaires au développement de notre Humanité. 

« Allan interrompit les deux frères en leur disant que s’il y avait une chose qu’il avait apprise en parcourant le monde, c’était que les plus insolubles conflits avaient démarré de cette façon : « T’es bête ! – Non, c’est toi qui est bête ! – Non, c’est toi !« 

En bref, une vaste blague d’une intelligence déconcertante ! Une intrigue à couper le souffle où les chemins de chacun se croisent à un rythme haletant. Des moments absurdes et drôlissimes à savourer sans modération ! Ce roman est un pur moment de bonheur et de bonne humeur ! Un conseil toutefois : se munir impérativement de son second, voire de son troisième degré !

Publicités

Merci pour vos commentaires amis bouquineurs !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s