L’équation africaine, de Yasmina Khadra

imagesCADHV12L

Encore un Instant Lecture de qualité grâce à mon amoureux qui, vous le savez déjà, ne lit pas mais me couvre de bouquins tous plus délicieux les uns que les autres ! Yasmina Khadra, auteur de Ce que le jour doit à la nuit, écrit ici un roman bien différent. Des constantes pourtant : l’Afrique, son pays natal, sa terre de cœur ; la beauté des mots ; des protagonistes à la personnalité subtile.

Dans L’équation africaine, Khadra nous embarque au fond de l’Afrique noire, dans la geôle d’un otage Allemand, le docteur Kurt Krausmann. Loin de pouvoir concevoir ce que représente la privation de liberté et l’enfermement arbitraire, Khadra nous permet néanmoins d’entre-apercevoir le calvaire subi par ces hommes et femmes otages. Un drame des temps modernes, une réalité toute proche dont on parle quotidiennement dans les médias.

Seul, effrayé par ce qui lui arrive, complètement déconnecté du monde extérieur, inquiet pour son compagnon d’infortune – et ami – dont il est rapidement séparé et sans nouvelles pendant des mois, le docteur Krausmann lutte pour échapper à la folie. Une question le taraude : pourquoi ? Le besoin vital de donner du sens à une situation insensée le pousse à tenter de comprendre les motivations  de ses ravisseurs. Il cherche tant bien que mal à rendre un visage d’humanité à ses geôliers monstrueux.

Cette expérience traumatique sera toutefois le chemin nécessaire que le docteur Kraussman, ravagé par la mort de sa femme quelques mois auparavant, devra suivre pour passer de l’existence à la vie.

Le style de Khadra, poétique jusqu’au bout des mots, reste pour moi un argument de poids incontestable. Il fait partie de ces auteurs qui se font un devoir d’utiliser leur talent pour sublimer la langue française. J’adore ! L’auteur aborde par ailleurs un sujet grave et d’actualité avec beaucoup de finesse.

Pas de point réellement négatif pour ma part, juste un bémol éventuellement : un récit qui laisse, selon moi, un peu moins de place à l’imagination que d’autres romans. Un lieu unique pendant de longs mois – la geôle – et une issue presque trop poétique pour être vraie… mais chut, je n’en dis pas plus, je ne voudrais pas gâcher votre plaisir !

Publicités

Merci pour vos commentaires amis bouquineurs !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s